[Test & Avis] WOLBE : De griffes et de crocs

  • De Cape et de Crocs - Intégrale T05 à T06
  • De Cape et de Crocs - Intégrale T11 à T12
  • De Cape et de Crocs - Intégrale T09 à T10
  • De Griffes & de Crocs: Famine I
  • Les Griffes et les Crocs

test avis wolbe panorama présentation article

L’écologie, un mot qui s’inscrit partout et pour à peu près tout.

Un mot qui se greffe, dans la réflexion collective, à l’automobile, à l’architecture, à l’alimentaire… mais plus rarement à l’habillement. Pourtant, se dire écolo passe par tous les domaines, y compris vos achats de vêtements. Car vous auriez tort de penser que donner vos pièces usagées à des associations, dans des bornes Relais par exemple, pour qu’elles soient données ou recyclées suffit. D’un parce que même resservi, un vêtement finit toujours par vite s’user tant sa durée de vie est limitée, et de deux qu’un vêtement ne se recycle pas facilement. Quand on pense écolo en termes d’habillement, on doit penser « à la source », c’est à dire en faisant dès le départ un achat dit « responsable ». Responsable de quoi ? Responsable de se dire :

  • de quoi et comment est faite cette jolie pièce sur lequel je craque ?
  • d’où vient-elle?

Responsable donc de penser à l’origine du vêtement plutôt qu’à sa destinée, à la marque que vous achèterez, au magasin dans lequel vous vous le procurerez plutôt que la borne Relais dans laquelle in fine vous le destinerez.

L’achat responsable, c’est d’une part privilégier les matières recyclées et/ou facilement recyclables, c’est penser à ne pas dépenser pour des pièces même moins chères qui s’useront et se jetteront plus vite, mais à contrario oser mettre (parfois juste un peu) plus cher pour des pièces qui dureront des mois, des années au lieu de quelques semaines et quelques lavages.

C’est d’autre part, comme pour les fruits et légumes, acheter local. Un vêtement moins cher a de fortes chances d’être produit par une main d’œuvre jeune (voire mineure) et également moins cher à l’autre bout du monde. En plus de la valeur humanitaire et l’éthique de travail, pensez aussi aux litres de fuel et à l’empreinte carbone pour rapatrier cette pièce dans ce magasin en bas de chez vous.

Partant de ce qui précède, nous autres Gentlemen Moderne ont décidé de mettre en lumière des marques répondant à ces critères écolos d’achat responsable en commençant une série d’articles, chacun dédié à une marque. Des marques avec une vraie et belle éthique écologique, choisies par nos soins après une étude comparative. WOLBE arrive sur le marché et nous propose une autre approche de l’écologie, de l’achat responsable, par sa règle des trois que nous vous détaillons plus bas.

WOLBE

« On ne vend pas des vêtements mais un style de vie »

Un autre versant de l’écologie qui a servi de leitmotiv à WOLBE et à Yann, son créateur : le vêtement multifonctions, en des fonctions accordées les unes des autres. Pas comme un couteau suisse ou un smartphone cumulant différentes fonctions à finalités tout autant différentes, non, mais l’alliance de l’élégance (d’un), de la technique (de deux) et de l’écoresponsabilité (de trois) pour un ensemble cohérent. Yann les appelle également ses « trois piliers ».

Chez Gentleman Moderne, nous préconisons l’achat de pièces simples et sobres qui peuvent s’ajuster les unes des autres, marier les styles et les goûts, et passer mieux les modes et les années. Nos lecteurs les plus fidèles le savent. L’écologie n’est pas que dans l’achat de vêtements responsables, recyclés et/ou recyclables, c’est dans le rapport que l’on a avec notre garde-robe. Ainsi, le vestiaire de l’homme moderne soucieux de l’écologie et de son élégance est un vestiaire minimaliste mais d’un minimalisme réfléchi. À cette notion de minimalisme, que WOLBE partage, la marque ajoute « intemporel et efficace ». Pour exemple, pièce indispensable que nous apprécions : le polo. Un polo, disons bleu à manches longues, qui ressemble au pull que nous allons vous présenter plus bas, peut se porter de plein, plein de façons selon la météo et selon votre imagination : sous un blazer, sur une chemise, naturellement à même la peau, avec un chino, un jean ou un pantalon en toile, manches abaissées s’il fait froid, manches relevées l’été, etc, etc.

Ici, avec WOLBE, nous allons plus loin dans le minimalisme car, non seulement les pièces de leur collection s’accordent – comme évoqué plus haut – avec beaucoup de styles et toujours avec style, mais en plus elles s’accordent avec la situation. En droit des marques, on dit qu’elles ont plusieurs destinations : au bureau, à vélo entre le bureau et le sport, le week-end pour une randonnée sous la pluie ou pour se rendre au déjeuner dominical de belle-maman. Yann les a pensées pour.

test avis wolbe ensemble 1

Yann, que nous avons eu le plaisir de retrouver autour d’une bière et d’un Perrier. C’est toujours un plaisir de rencontrer de visu les créateurs des marques pour lesquelles nous consacrons un article, plutôt que par téléphone et Skype comme nous l’ont obligé ces derniers mois de confinement. En discutant ensemble, nous nous sommes rendu compte avoir le même profil de Gentleman, s’il en est : cadres et sportifs, à devoir se changer plusieurs fois dans la journée pour revêtir ces deux casquettes. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls, tant ces deux traits sont une caractéristique redondante de l’homme moderne. Et au-delà de ces deux traits, c’est faire face à la vie d’un homme, à son quotidien beaucoup plus mobile. « J’ai envie de faire des vêtements qui me ressemblent », nous a confié Yann, après nous avoir décrit ses journées de travail et de sport avant qu’il ne fonde WOLBE ; des journées similaires à ce qu’avaient été les miennes il n’y a encore quelques temps et qui se résumaient à faire de long en large la traversée de Paris à vélo, à pied ou en transports en commun. Je me souviens personnellement, et c’est pour cela que WOLBE me parle particulièrement, de ces journées à tout le temps courir entre obligations persos et pros, à me rendre au cabinet, de rendez-vous clients en rendez-vous chez d’autres clients dans d’autres arrondissements, en passant par les audiences au tribunal avant de pouvoir enfin me rendre à la salle puis à la maison. J’en ai usé, des vêtements et des souliers, à ce rythme effréné ! WOLBE a répondu à ce besoin, faisant fi de cette contrainte, de porter des vêtements pensés pour ce genre de journées. Des pantalons qui ne se déchirent pas à l’entrejambe à force de pas et de pédalage, des blousons imperméables en forme de blazer qui nous feraient affronter les intempéries mais arriver frais et élégant chez un client sans avoir besoin de se changer, etc, etc. « Nous concevons nos vêtements pour qu’ils soient complètement polyvalents, pour que l’on puisse activer leur technicité si on le souhaite, au moment où on le souhaite ».

Osons le dire : WOLBE apporte sur le marché français une sorte de révolution.      

WOLBE : La règle des trois

La conjonction de la fonction d’élégance et de technicité se retrouve dans la gamme et dans le nom de WOLBE, contraction des mots anglais wolfs (les loups) et de bears (les ours). Deux magnifiques prédateurs des forêts « représentant la force, la liberté, mais aussi la fragilité de notre environnement ». À titre (encore) personnel, la référence au loup ne peut que me parler et que me plaire. Il s’agit de mon animal totem, dont je serais une réincarnation – ce n’est pas moi qui le dis mais un chaman –, ce qui explique pourquoi je peux être aussi bien un loup solitaire qu’un chef de meute. Et j’admire chez ce superbe animal son instinct, son intelligence, son élégance, son respect de ses congénère et sa noblesse.

test avis wolbe ensemble 2

C’était pour la parenthèse personnelle, pour une fois que je m’en accorde une dans un de mes articles. Et puis je laisse la parole à Yann, qui est le mieux placé pour nous présenter sa marque WOLBE à travers notre habituel petit questionnaire :

Rencontre avec Yann, fondateur de la marque

Trois mots pour décrire la marque

Au-delà des trois caractéristiques qui ont fondées la marque (élégance, performance et écoresponsabilité), j’aime décrire la marque autour des mots suivants :

Passion : celle qui m’anime pour porter mes convictions et profiter de la vie ; celle qui anime nos consommateurs à vivre intensément, sans compromis.

Exigence : dans le soin apporté aux détails, aux finitions haut de gamme, au choix des meilleures matières, dans le temps passé en stylisme à inventer des produits polyvalents, mais aussi dans l’attention portée à nos clients.

Liberté : c’est la finalité de notre vestiaire : nous ne vendons pas de vêtements mais un style de vie qui permet de vivre sans contrainte en profitant de chaque moment, en étant bien à chaque moment.

Trois points pour différencier la marque

Polyvalence : des vêtements avec plusieurs fonctions/destinations.

Responsabilité : environnementale et sociétale.

Minimalisme : force du trait, de la matière, de la coupe.

Pourquoi WOLBE ?

Pour enraciner la marque dans la nature sauvage, source d’inspiration majeure.

Et pour être compris partout dans le monde.

Aux origines de WOLBE ?

Deux forces contraires sont à l’origine de la marque :

Une force de rejet par rapport à un environnement professionnel dans lequel je ne m’épanouissais plus.

Puis des forces d’attractions énormes comme l’envie d’entreprendre, pour retrouver liberté et sens, la conviction de pouvoir innover en combinant élégance et performance sur un vestiaire business, l’envie de porter la voix d’un style de vie plus sain et plus responsable, l’ambition de développer un projet capable de réussir à l’international.

Vous êtes plutôt ours ou loup ?

Les deux : empreint de liberté, besoin de grand air, protecteur de ma tribu, de mon équipe, mais capable d’être aussi très solitaire. Ambitieux mais aussi très affectif.

Trois pièces à vos yeux indispensable dans la garde-robe d’un gentleman ?

Un car coat élégant
Un pantalon de flanelle
Une chemise en laine

Votre définition du Gentleman Moderne

L’important, c’est l’élégance du geste en plus de l’élégance sartoriale, et la noblesse des valeurs que l’on défend.

Nos tests de produits

Blouson blazer imperméable

Trois, c’est comme énoncé plus haut la règle de WOLBE. Et son blouson-blazer en est l’illustration. Sous couvert de son impressionnante légèreté, qui rend son port agréable et son toucher très doux, se cache tout un arsenal de technicités bien pensées.

test avis wolbe blouson en mode blazer

Le blouson en mode blazer sans son plastron.

Technicité : l’alliance du blazer et du manteau de pluie, ni plus ni moins. C’est seulement en l’enfilant que l’on se rend compte que sa matière extérieure, en polyester, est imperméable car de loin, celle-ci ne brille pas et pourrait même passer pour du coton. La doublure intérieure en viscose est parfaitement accrochée au reste grâce à un entoilage thermocollé, qui renforce et consolide les coutures en les rendant étanches. Elle est à vrai dire si bien accrochée que les deux couches donnent l’impression de n’en faire qu’une. Matière teutonne et conception vénitienne dans un atelier réputé travaillant pour de grandes marques de prêt-à-porter de luxe, WOLBE a su s’entourer d’ateliers répondant à ses exigences d’excellence.

Écologie : de par son tissu extérieur en polyester recyclé certifié Bluesign et oekotex 100, conçu par le fabricant allemand SYMPATEX, il présente une empreinte carbone neutre. Autre exemple de l’engagement de WOLBE, qui ne concerne pas le blouson objet de ce test mais leurs préférences écologiques en général : éviter l’usage du coton, même biologique, car « ce n’est pas forcément une fibre très écologique, car toujours très gourmande en eau ». Ils préfèrent le mérinos et le Tencel, nous le verrons lors des tests des autres produits, aussi parce que ces matières sèchent plus rapidement.

test avis wolbe blouson 1

Le blouson avec son plastron.

Élégance : à vous d’en juger sur les photos. Sur la forme et la coupe, le blazer paraît plus blazer que blouson (normal car comme nous a dit Yann : « coupé comme pour aller à un rendez-vous »). La découpe du tissu a été faite au laser pour un travail et un rendu propre et sans accrocs. Le bleu cobalt est une couleur raffinée qui ne se démode jamais et s’assortit avec un large spectre d’autres couleurs. Les finitions, chez nous les Gentlemen Modernes une condition essentielle sur la qualité du produit quand on effectue un test, sont aussi exemplaires. Particulièrement les détails de couleurs roses qui cassent élégamment la sévérité du vêtement, le personnalisent et le modernisent un peu. Bref, tout a été pensé dans un souci évident de perfection, que ce soit dans la forme et dans le fond, avec une sobriété discrète qui évite le trop blingbling et, souvent, le trop flashy des vêtements fonctionnels. Exemple de cette discrétion : le fin logo WOLBE sur la manche gauche, apparent mais pas imposant.

Une perfection qui se ressent également à l’usage. Car lors de l’essayage, on ne pouvait pas mieux rêver que ces journées de pluie et de vent pour tester le produit… et finir par autant l’apprécier.

test avis wolbe blouson 2

Déjà, c’est un excellent coupe-vent, impressionnant quand on sait combien il est léger, qui ne laisse pas le souffle froid et puissant de cet automne s’infiltrer et vous frigorifier. Son polyester de qualité explique sa grande résistance aux trombes d’eau (sa résistance peut monter jusqu’à vingt mètres d’eau).

Question pratique, ce blouson/blazer se transforme soit en l’un, soit en l’autre. Grâce au plastron amovible, une partie zippée et boutonnée comportant une fine capuche intégrée, il remplit sa fonction de blouson. En retirant cette partie, soit l’affaire de quelques secondes, il devient blazer unique. C’est ce qui revient à l’exemple cité plus haut : se rendre chez un client sous la pluie et le vent, protégé et camouflé sous une capuche pour sauver son brushing, arriver chez ce client et n’avoir qu’à retirer la partie blouson et la ranger dans son attaché-case pour apparaître frais et fringant dans un blazer élégant – et même pas trempé. De plus, la matière du blouson est infroissable.

test avis wolbe blouson 3

Restant sur la pratique… car tout a été pensé pratique. De l’élégant col doublé en Alcantara comportant une bande réfléchissante également présente au niveau des poignets pour se faire voir de loin en vélo, des deux poches extérieures à rabat façon blazer mais qui cachent un zip pour mieux protéger ses petites affaires, jusqu’à la petite poche invisible intégrée dans la manche gauche pour dissimuler un objet de la taille d’une carte de crédit – en tout, ce blouson a cinq poches –, en passant par les fermetures éclairs sous les aisselles pour permettre une meilleure aération… Tant de détails pratiques à chaque millimètre et qui jamais n’alternent la fonction du blouson ni sa discrétion de blazer. Impressionnant. Rarement la conception d’un vêtement, ne laissant rien au hasard, n’aura été aussi pensée, aussi poussée.

Un tel niveau a forcément un prix, et celui de ce blouson – 660 € – peut en premier lieu freiner l’acheteur que vous êtes même après avoir lu notre dithyrambique test et senti notre enthousiasme. Pourtant, ce prix n’est rien en comparaison au fait que c’est un vêtement qui pourra durer votre vie, voire au-delà – non pas qu’il va vous accompagner dans votre au-delà, quoi que vous pourrez décider avec quel blazer vous voudrez être enterré –, car c’est le genre de pièces que l’on peut transmettre à nos enfants. Car fut un temps où certaines pièces étaient increvables et survivaient au passage des générations, lesquels se les transmettaient – message et clin d’œil à mon Papy pour le remercier encore de ces rangers de l’armée –, et c’est un temps qui tend à revenir car s’inscrivant dans la mouvance écologique. Ce prix est aussi celui d’une technique unique, tout comme c’est le prix d’un vêtement unique que l’on ne trouvera pas ailleurs sur le marché. Et comme c’est du made in Italie, c’est un achat responsable. Il n’y a que la qualité qui paye, dit le sage. Avec ce blouson blazer imperméable, votre achat sera qualitativement – car techniquement, écologiquement, élégamment – payant.

Voir le Blouson sur le site de WOLBE.

Pull col boutons en laine merino

Il a déjà été évoqué plus haut, et donné comme exemple comme étant une pièce modèle de polyvalence dans la garde-robe du Gentleman que vous êtes. C’est d’ailleurs pour cela que WOLBE le décrit comme « un must de polyvalence ». De pull, cette pièce a de nom alors que de forme, de par son col léger et ses trois boutons au niveau du cou, elle empreinte celle d’un polo à manches longues. Ce qui tombe bien car ce vêtement peut servir de polo comme de pull.

Matière écolo et dans le vent que la laine mérino, réputée pour limiter les odeurs de transpiration et pour ses qualités de thermorégulation, elle est tricotée en gauge 16 et alliée pour ce pull avec du Tencel ce qui rend la maille à la fois dense, douce et extensible. C’est comme cela que WOLBE le décrit que son site, mais nous ne le répèterons pas si nous ne le pensions pas. La densité du pull ne veut pas dire épaisseur mais, dans le cas dudit pull, plutôt robustesse et souplesse sans dénaturer la finesse de la maille ce qui, pendant une journée d’essayage, permet de se sentir léger mais protégé, caressé par la douceur quand on le porte à même la peau et surtout, nous ne sommes pas embêtés à avoir à tirer de tous les côtés – bras, coudes, bas de ventre – pour remettre droit le pull et éviter les plis au gré et malgré nos milliers de mouvements. Les pulls de qualité moindre bien souvent présentent ce défaut de trop plisser, cela est dû à des matières, et bien souvent mélanges de matières, synthétiques.

test avis wolbe pull 1

Restant sur notre journée d’essayage, pré-re-confinement donc pas mal en extérieur, nous avons en matinée testé le pull sur une simple chemise blanche avec un col italien. L’effet d’élégance cher à WOLBE est rempli et le pull n’engonce pas ni ne moule trop ma taille en L pour mon mètre 90 ainsi que ma silhouette – toute modestie mise à part – typée sportive. Essayé premièrement en XL, les manches au niveau des épaules tombaient et l’effet d’élégance était absent.

Dans l’après-midi, nous avons testé sa fonction polo en le portant sans rien en-dessous, même effet pour une tenue plus décontractée sans renier cette élégance. Dans les deux cas, la taille fonctionne et toujours ce sentiment que la pièce modèle sans trop serrer votre haut de corps, ce qui est expliqué par son élasticité souple et non pas rigide.

test avis wolbe pull 2

Le bleu marine, nuancé navy, est en passe de devenir la couleur emblématique de WOLBE, comme pour le blouson testé plus haut. Ici aussi, au niveau de l’encolure, un léger trait de couleur… rose.

Nous ne nous attarderons pas sur la forme de ce pull, déjà décrite, mais le ferons sur ses finitions et particulièrement en soulignant les coutures plates – un type de couture qui a la particularité d’être propre, de ne pas se marquer pour un rendu plus discret et solide – qui participe à la robustesse du pull et qui a pour avantages 1) d’éviter les traits de couture grossiers 2) de tenir sur la durée. Bien pensé.

test avis wolbe pull 3

Pour rebondir sur les pulls de qualité moindre évoqués plus haut, soulignons qu’un pull n’est pas la pièce d’une garde-robe qui coûte le plus cher et qui pourtant peut durer – tout dépend de la bonne pioche que vous ferez. Certaines matières synthétiques, c’est un fait, résistent pas mal au temps et c’est pour cela que certaines marques généralistes proposent pour des prix plutôt bas – entendez : inférieurs à 50 € – des pulls et gilets de qualité somme toute très correcte pour le prix. Évidemment, toutes les pioches ne sont pas bonnes et ces mêmes marques généralistes peuvent tout aussi bien vous proposer des pièces qui se pelucheront au premier lavage, se troueront dès les premières semaines et/ou se décoloreront. À l’époque de mes études, avec le budget étudiant conséquent, j’ai été étonné de constater la résistance de certains de mes pulls – achetés dans des enseignes extrêmes dont je tairai le nom – aux conditions hivernales du Midwest américain et de la Bavière allemande. Ils passaient bien les lavages, mais c’est au niveau du confort que cela coinçait. Ceux-là, impossible de les porter sans rien en dessous au risque de faire une crise d’urticaire, et passons sur le côté rêche des manches qui vous rabotait les bras, contrairement à la douceur de ce pull WOLBE.  Avec le temps et l’âge, préférons et privilégions le confort sans penser au prix.

Et pour 129 €, le prix est aussi doux que ce pull – oh, le jeu de mots facile ! Il les vaut très largement car il n’est pas excessif compte tenu la qualité du produit. Et puis ne pas oublier la règle de WOLBE : des pièces pour plusieurs usages. Ainsi, à l’achat de ce seul pull, vous gagnez un superbe polo à manches longues ainsi qu’un superbe polo à manches retroussées, ainsi que… etc, etc.

Voir ce pull sur le site de WOLBE.

Pantalon sans pince en mérino

Après le haut, passons au bas et à nos gambettes. Fini l’été, les shorts et les genoux apparents, place aux pantalons chauds et couvrants qui, basse-saison oblige, se doivent d’être solides pour affronter les températures et intempéries pluvieuses autant que confortables pour… et bien tout simplement pour le confort de nos jambes.

Vous l’aurez sans doute remarqué, mais le pantalon sans pince est à la mode après avoir été remis au goût et tendance du jour dans certaines collections de couturiers et de grandes marques de prêt-à-porter masculines. C’est une pièce aux inspirations anciennes qui permet une tenue sophistiquée en faisant fi d’une ceinture. Il a également pour particularité de mieux marquer la taille car se portant quelques centimètres plus haut qu’un pantalon classique, au niveau du haut des hanches. Pour l’élégance, une fois encore, WOLBE coche la case. Et ce n’est pas son bleu nuit – encore une nuance de bleu marine, décidément en passe de devenir la couleur de fabrique de WOLBE ! – qui atténuera cet effet.

test avis wolbe pantalon 1

Composition. Et de la laine mérino, encore ! On ne change pas une matière qui gagne. Une flanelle de laine de 17,25 microns de diamètre et une épaisseur moyenne de 290 g/m2 que WOLBE n’hésite pas à décrire comme « exceptionnelle » car douce, isolante et respirante. C’est une flanelle italienne, inutile de rappeler le savoir-faire de nos voisins dans ce domaine, devenu depuis des temps immémoriaux une référence en la matière et pour leurs matières.

Pour autant, si besoin de le préciser, cette flanelle n’est pas fragile. La théorie se confirme en pratique au moment de l’essayage, et cette impression de douceur et de légèreté de suite se fait sentir et cela dès le passage d’une jambe puis de l’autre. Pris en taille 42, nous avons craint quelques minutes que la taille soit sensiblement trop juste car serrant l’ensemble surtout au niveau du double bouton… mais l’impression s’est vide dissipée. D’un parce que la coupe de ce pantalon est fuselée, qu’il se porte donc ainsi, et de deux que son élasticité donne cette impression qui est de surcroît recherchée. En effet, le tissage du pantalon est volontairement extensible ce qui est rare et ce qui, outre l’élégance précédemment notée, renvoie à l’autre versant de WOLBE : la technicité.

test avis wolbe pantalon 2

On aurait, l’espace de quelques secondes, pu oublier que WOLBE ne se concentre pas uniquement sur une gamme de produits élégants mais également sur des produits pratiques – à 50/50. L’élasticité du pantalon permet donc de crapahuter des kilomètres avec et même de pédaler avec sans le déchirer – à titre personnel, je n’ai jamais osé prendre mon vélo avec un pantalon habillé tant ceux-ci sont fragiles, or ici je peux. Restant sur l’aspect pratique du pantalon, on notera le gousset au niveau de l’entrejambe – la partie « pauvre » des pantalons, la plus malmenée par les frottements dudit entrejambe – pour prévenir de l’usure, la découpe de la taille en V à l’arrière pour la souplesse, et les deux poches arrière se fermant par un zip. Ces petits détails qui bannissent la limite entre un pantalon soit élégant soit pratique, dans la philosophie de WOLBE, ce qu’est ce dernier.

test avis wolbe pantalon 3

Le pantalon est lancé à la commercialisation par WOLBE pour une livraison mi-novembre. Il est actuellement possible de l’acheter à 130 € pour une livraison à partir du 12 novembre puis son prix passera à 169 €. L’un comme l’autre, ce qui fait sens avec le reste des produits de chez WOLBE que nous avons testés, ce sont de bons prix pour une excellente qualité qui n’est rien comparée à la durée que fera ces derniers.

Voir ce pantalon sur le site de WOLBE.

Electro Mix
Logo